top of page

Négociations dans l’impasse, les acteurs opposés à certains points du projet d’accord de la CARICOM



Les pourparlers se révèlent difficiles pour les Éminentes Personnalités de la Caricom, présentes dans le pays depuis le 6 décembre dernier. Jusqu'à présent, elles n'ont pas réussi à persuader les acteurs politiques de l'opposition, malgré des réunions séparées, et ne parviennent pas à obtenir la signature du projet d'accord tel que souhaité.


Samedi, le Premier ministre Ariel Henry a participé à la séance plénière des négociations avec certains acteurs politiques impliqués dans la résolution de la crise. Cependant, le principal point de discorde persiste quant à la présence du Premier ministre au-delà du 7 février 2024 dans la gestion des affaires publiques. Néanmoins, les acteurs acceptent la formation d'un Conseil de Transition de sept membres, la création d'un gouvernement d'entente nationale, la mise en place d'un organe de contrôle des actions gouvernementales, la réforme de la constitution et la formation du CEP.


La proposition d'accord du groupe des Éminentes personnalités de la Caricom, qui préconise une transition de 18 mois à partir de l'acceptation de l'accord, ne trouve pas l'approbation des membres de l'accord de Montana. Ces derniers estiment que le Groupe des Personnalités Éminentes (GPE) s'éloigne de sa mission de facilitateur des négociations entre les parties prenantes haïtiennes. En effet, selon les signataires de l'accord de Montana, le GPE présente une proposition fermée qui reflète exclusivement la position d'un acteur pour lequel il aurait pris fait et cause, ignorant totalement les positions exprimées par d'autres parties prenantes.


Parallèlement, le Groupe de la société civile, impliqué en partie dans les discussions politiques, annonce prendre acte du document "Projet de cadre transitionnel pour Haïti" proposé par les émissaires de la Caricom. Ce groupe affirme que le document vise à faire progresser le prochain tour des négociations politiques, tenant compte des efforts formels et informels consentis depuis plusieurs mois. Le secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies (ONU), António Guterres, a exprimé sa préoccupation face aux progrès limités du dialogue inter-haïtien, soulignant l'importance d'un accord sur la restauration des institutions démocratiques, prévoyant des élections crédibles, participatives et inclusives, pour parvenir à un État de droit et à une sécurité durables.


Rappelons que les États-Unis, par l'intermédiaire de Brian A. Nichols, secrétaire adjoint américain pour la région, encouragent les parties haïtiennes à tout effort visant au consensus politique. Le diplomate invite les acteurs à profiter de la visite de la Caricom pour avancer vers un dialogue constructif au bénéfice des Haïtiens.


Yves Paul LEANDRE

55 vues0 commentaire

Comments


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page