top of page

L’ONU plaide en faveur de la réduction de la dette de 54 pays dont Haïti

Alors qu’Haïti est en proie à une crise sociopolitique sans précédent doublée d’une crise humanitaire en évolution, le pays vient d’être figuré, mardi, parmi les cinquante-quatre pays qui ont d’urgence besoin un allègement de leur dette au risque de les précipiter dans une crise encore plus grave, selon l’ONU. Ces pays abritent plus de la moitié des populations les plus pauvres et particulièrement vulnérables au changement climatique.


Selon le Programme des Nations unies pour le développement, ces pays pauvres endettés se retrouvent actuellement confrontés à des phénomènes économiques qui convergent pour rendre impossible le remboursement de la dette ou les priver de tout accès à ce type de financement. « Les conditions du marché changent rapidement parce que la volatilité partout dans le monde est alimentée par une contraction budgétaire et monétaire combinée à une faible croissance », souligne le PNUD.


Les chiffres avancés par le PNUD avoisinent les 782 milliards de dollars pour calculer la dette publique de seulement 46 des 54 États en 2020. Une dette qui tombe à 552 milliards si on exclut les trois poids lourds de la liste (Argentine, Ukraine et Venezuela).


Le PNUD avertit que les changements rapides sur les marchés financiers, à une époque de contraction budgétaire et de hausse des taux d'intérêt, étouffent de nombreuses économies en développement. Avec la dégradation accélérée de la situation économique au niveau mondial, 19 pays de la liste sont exclus de facto du marché car ils sont jugés trop risqués. Et les pays les plus menacés dans l’immédiat sont le Sri Lanka, le Pakistan et la Tunisie, mais aussi le Tchad ou la Zambie.


Selon un rapport, si ces États ne réussissent pas à restructurer leur dette, il y aura une augmentation significative de la pauvreté et les investissements critiques pour se protéger contre le changement climatique ne se matérialiseront pas.


L'Argentine, le Venezuela, Cuba, l'Équateur, le Salvador ou Haïti figurent sur cette liste, qui comprend également des pays importants d'autres régions comme l'Ukraine, l'Égypte, l'Irak ou l'Afghanistan.


La majeure partie de la liste, cependant, est composée de pays d'Afrique subsaharienne, la région où les plus grandes vulnérabilités sont observées.



8 vues0 commentaire
ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page