top of page

Haiti : Le parlement kenyan approuve le déploiement des troupes en Haïti



L’Assemblée nationale du Kenya a approuvé ce jeudi le déploiement d’un millier de policiers pour une mission de la paix en Haïti. Les parlementaires ont adopté le rapport de la commission mixte qui recommandait l’approbation du déploiement des troupes kenyanes pour contribuer au rétablissement de la paix et de la sécurité en Haïti, un pays contrôlé, en grande partie, par des gangs criminels qui tuent, pillent, volent et violent, chassant des milliers de citoyens de leurs quartiers.

Quelques heures avant l’approbation de ce rapport, des centaines de personnes, dont des femmes et des enfants, avaient encore été chassées de plusieurs quartiers de Cité Soleil, après une nouvelle descente des gangs notamment à Duvivier et à Fontaine où des morts et des blessés ont été recensés dans les rangs de la population civile, selon plusieurs témoins.

Au parlement kényan, les débats ont toutefois été houleux à cause notamment de la position des députés de l’opposition qui étaient contre le rapport.

Opiyo Wandayi, le chef de la minorité à l'Assemblée nationale, estimait qu’en approuvant le déploiement de la police kenyane en Haïti, le Parlement enfreindrait la loi, faisant remarquer que « La loi parle simplement du déploiement des forces nationales en dehors du Kenya. L'article 241 de la Constitution parle de l'armée kenyane, de la force aérienne kenyane et de la marine kenyane ; nulle part le service de police nationale n’est mentionné ».

Une position partagée par ses collègues dont la députée de Kisumu West Rosa Buyu et son homologue de Ruaraka, Tom Kajwang.

Ces derniers ont remis en question la décision de déployer des policiers kenyans en Haïti et l’ont qualifiée « d'ironie » évoquant le faible ratio de policiers par rapport à la population kényane.

Il faut dire que l’équipe qui avait déposé le rapport était composée de membres de la Commission départementale de l'administration et de la sécurité intérieure de l'Assemblée nationale et de la Commission sénatoriale permanente de la sécurité nationale, de la défense et des relations extérieures.

Selon le rapport, « les commissaires avaient examiné les obligations du Kenya envers l'ONU, son cadre juridique existant, les soumissions via la participation du public et les soumissions des parties prenantes recommandant que le Parlement approuve le déploiement proposé du service de police nationale à la mission multinationale de soutien à la sécurité (MSS) pour Haïti dans le cadre des dispositions de la Constitution ».

Le Cabinet avait déjà approuvé le déploiement il y a quelques semaines.

Dorénavant, presque tous les obstacles au déploiement des troupes kényanes sont levés presque tous car le gouvernement avait conditionné le déploiement des soldats kenyans à l’acceptation, par les Nations Unies, de financer les opérations, ce qui, de l’avis de plus d’un, n’est qu’une question de temps. Le déploiement de la force multinationale en Haïti devrait coûter environ 600 millions de dollars US et le Kenya, appelé à la diriger, réclame environ 241 millions de dollars américains.

DO/HPN

25 vues0 commentaire

Comments


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page