top of page

Haiti-Célébration de la Fête du drapeau et de l’Université : « Que cette fête nous rappelle qu’il n’y a pas de territoires perdus", dixit Edgard Leblanc Fils, Président du CPT



Le 221ėme anniversaire de la fête du drapeau et de l'Université a été célébré ce samedi 18 mai à Villa d’Accueil, Musseau, en présence des Conseillers présidents, du gouvernement intérimaire , des corps constitués de l’Etat , des représentants des pays amis , et des hauts gradés de l'Armée et de la PNH. Un commandement  des Forces armées d’Haiti et la fanfare du Palais National avaient pris possession sur la cour de l’institution pour la montée du drapeau et entonner l'hymne présidentiel.



Dans son discours d’ouverture, la mairesse de Tabarre Nice Simon, au nom des Maires de la region Metropolitaine de Port-au-Prince, enclavé par les gangs armés, a pris la parole pour rappeler que la fête du 18 mai cette année, s'inscrit dans les annales de l'histoire comme un rituel pour marquer une pause et nous inviter à réfléchir sur ce que nous avions fait de ce précieux héritage légué par nos ancêtres. "Cet héritage construit dans le sang et par les sacrifices de nos aïeux semblent de plus en plus nous échapper pour parler vrai. Nous nous sommes écartés des préceptes et principes que les vaillants héros de l'indépendance nous ont enseignés. « Nou soti anba drapo a kek tan , nou gaye », a-t-elle souligné.


Selon la Mairesse, le thème choisi cette année tombe juste et bien à propos. Mme Simon avance que cette invitation nous interpelle encore cette année avec cette fois-ci, un cadre de vie et un environnement dégradé davantage dans toutes ses composantes physiques, sécuritaires, économiques, sociales et culturelles. De grands mots nous rongent, décrit Mme Nice Simon, les différences qui caractérisent la gestion et la gouvernance publique et l'érosion de l'État dans ses prérogatives de puissance publique, seule détentrice des fonctions régaliennes.


Le Recteur de l'Université d’Etat d’Haïti, Dr Fritz Deshommes, dans ses mots de circonstance, peint un tableau sombre  de la réalité actuelle ou les portes de certaines facultés et écoles sont fermées, à cause d’incendies. "Les gangs imposent leurs lois", se désole M. Deshommes. Le Recteur en a profité pour évoquer l’initiative prise au sein de l’UEH en vue de la restitution des rançons versées par Haïti aux grandes puissances après l’indépendance. Il a cité notamment la dette de l’indépendance et invité le CP à soutenir cette démarche.


Quant au Premier ministre ai, Michel Patrick Boisvert, son discours était axé sur  la gouvernance de transition qui est en place depuis près d’un mois, visant le profond changement dans l'objectif de redonner de l’espoir à la population. Cependant, il incombe à tous ceux et à toutes celles qui ont la charge de cette transition, de s'élever, de faire preuve du dépassement, de courage et de sacrifice pour se placer dans la trajectoire de l'histoire qui a donné au pays ce drapeau.


Le Grand Argentier de la République croit que le temps n'est plus uniquement aux récriminations et à la recherche des âmes à expirer mais doit être porté, de préférence et principalement, vers la recherche d'actions idoines susceptibles de réorienter le pays et le piloter vers des objectifs sains de changement réel.


Il ajoute que cela est en effet très difficile compte tenu des enjeux et des contraintes. A cet effet, il encourage les uns et les autres citoyennes et concitoyens et concitoyens en ce jour commémoratif du bicolore de concentrer les efforts vers des objectifs communs croyant que le moment exige de gros sacrifices et une volonté ferme et inébranlable pour parvenir à surmonter les difficultés.


Pour le Président du Conseil de la Transition , Edgard Leblanc Fils , cette fête du 18 mai doit rappeler qu’il n’y a pas de territoires perdus et que chaque mètre du territoire est la possession de l’Etat Haïtien. Le Président du CPT a affirmé que le drapeau haitien est symbole de l’autorité de l’Etat et il flottera partout bientôt pour bien signifier que le règne de l’insécurité permanente prend fin.


"Notre drapeau doit devenir le signe de ralliement autour d'un grand Coumbite pour remettre en vie notre corps social" a t-il lancé.


Les danseurs du Ballet folklorique du Théâtre National d'Haïti ont offert un magnifique spectacle artistique et culturel pour cloturer cette festivité du bicolore.


Yves Paul LEANDRE  


Photo : Courtoisie Ticket Magazine

93 vues0 commentaire

Comentarios


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page