top of page

Haïti-UN: "Les Haïtiens attendent désespérément l'aide internationale", déclare Roberto Alvarez




Le ministre des Affaires étrangères dominicain, Roberto Álvarez, a déclaré devant l'Assemblée générale des Nations Unies qu'Haïti ne peut plus attendre et bien que la République dominicaine soit convaincue que la seule réponse durable à ses problèmes doit venir des Haïtiens. La communauté internationale « doit agir maintenant, pour éviter que la situation dans le pays ne déborde complètement », a indiqué le diplomate dominicain.


Le Chancelier Dominicain a expliqué que la violence dans le pays voisin a créé une profonde fragmentation sociale, qui ne permet pas la cohésion la plus élémentaire. De leur côté, « les Haïtiens attendent désespérément l'aide tardive de la communauté internationale ».


De même, le ministre des Affaires étrangères a expliqué que malgré les difficultés à parvenir à un accord, le pays prône et souhaite que ce soit le cas, en attendant que la société haïtienne parvienne au consensus nécessaire pour surmonter la situation grave.


« Il est de la responsabilité des autorités haïtiennes de contrôler et de faire cesser les actions des gangs qui génèrent des crimes si atroces que nous pourrions qualifier de crimes contre l'humanité ; mais nous devons enlever le bandeau et admettre que la police haïtienne, par elle-même, ne va pas développer la capacité de garantir l'ordre et mater les gangs », a-t-il déclaré lors de son discours.


Il a souligné que pour atteindre cet objectif, la collaboration internationale est vitale, si l'on veut apporter la stabilité et la tranquillité au peuple haïtien, à ses voisins et à la région. "C'est notre seul intérêt."


« Je voudrais réitérer que les gangs criminels ont augmenté leur pouvoir d'étouffement à Port-au-Prince et tout indique que la Police Nationale d'Haïti (PNH) n'a pas la capacité de les contenir », a déclaré Álvarez.


Le Ministre Álvarez s'est félicité que le Conseil de sécurité ait prolongé le mandat du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) jusqu'en juillet 2023 et qu'il ait inclus la création d'une division pour faire face à la violence sexuelle et sexiste, l'une des manifestations les plus aberrantes dans ce climat de violence.


Face à ce scénario, il a averti que les résultats attendus du BINUH sont subordonnés à amener les haïtiens à parvenir à un accord national comme point de départ, pour combattre et neutraliser les gangs, et d'autre part, pour assurer la tenue des élections, dès que possible, si les circonstances le permettent.


Il a souligné que pour mettre en œuvre ce processus nécessaire, l'action de l'ONU doit être appuyée par la résolution 2645 du Conseil de sécurité de 2022, qui « nous place à la porte de prendre les décisions les plus pertinentes pour éviter que la situation en Haïti ne déborde complètement des voies normales.


Dès que les conditions de sécurité le permettront, il est nécessaire que toutes les parties intéressées parviennent à un accord politique urgent mené par les Haïtiens, en vue d'organiser des élections législatives et présidentielles avec la pleine participation des Haïtiens. la population, en particulier les femmes, les jeunes et la société civile.


Roberto Álvarez a rappelé divers moments de l'histoire récente qui montrent que la société haïtienne a la capacité de s'unir et d'agir dans les moments difficiles. Il a cité comme exemple le renversement de la dictature en 1986 et la réaction au désastre créé par le tremblement de terre de 2010.


Il a également rappelé que face à ce tremblement de terre, toute la population haïtienne s'est unie et mobilisée dans la solidarité pour soutenir et secourir ses voisins. Aussi, le monde entier s'est activé et est venu en aide à Haïti. Bien sûr, le peuple dominicain était immédiatement présent de manière massive, au secours des voisins haïtiens.


Il a expliqué que non seulement face aux catastrophes naturelles, mais aussi en 1986, la civilité a prévalu et toute la population s'est unie pour arrêter la dictature qui a duré environ trois décennies ; autrement dit, le peuple haïtien a des expériences historiques pour s'unir et faire face à l'adversité.


Aujourd'hui, la situation est radicalement différente, estime le chancelier dominicain. Devant l'incapacité des autorités à instaurer l'ordre et à garantir la sécurité des citoyens, la population haïtienne se sent abandonnée à son propre sort, en raison de la peur généralisée qui paralyse une grande partie de la population, notamment à Port-au-Prince.


HPN


Traduit du Listin Diario 22 Septembre 2022

1 vue0 commentaire

Comentarios


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page