top of page

Haïti-RD : Barrière libre à la douane de Belladère, possibilité d’empirer l’insécurité dans le pays



Par Alix Laroche


Selon notre confrère de radio Caraïbe, Johnny Ferdinand, ayant sa barrière brisée par des protestataires, la douane de Belladère qui se trouve à la frontière Belladère/Elias Piñas, est en situation de dysfonctionnement total depuis environ quatre mois. Cela s’explique par l’absence des autorités qui se mettent plutôt à couvert de la colère de certains commerçants qui protestent contre des taxes exorbitantes réclamées par la douane en question pour accorder l’autorisation de passage de produits et marchandises en provenance de la République dominicaine , a appris HPN.    

 

D’après le journaliste, depuis pratiquement la fin du mois de janvier 2024, les autorités de la douane de Belladère, située à l’est dans le Plateau central, qui abandonnent le contrôle de ce point officiel de la frontière entre Haïti et la République voisine, ne perçoivent aucune taxe en faveur de l’État haïtien. Ce, à cause de cette situation de protestation qui laisse du coup, le passage libre et sans contrôle aucun, des produits de toutes sortes en provenance de la République dominicaine à destination d’Haïti.

 

La perception des taxes au niveau de cette douane, selon Johnny Ferdinand, est désormais livrée au contrôle de certains syndicalistes, mais également à des postes où des hommes portant au moins une arme de poing, sans mettre la pression, obligent les camionneurs transportant des marchandises et d’autres véhicules à payer leur passage.   

 

Ce qui constitue un véritable manque à gagner pour le Trésor public et l’État qui peine déjà à s’acquitter à temps de ses obligations envers les employés. Mais aussi, il faut le comprendre, une situation qui tend à favoriser des gens animés de mauvaise intention, à se faufiler avec des produits et marchandises illicites, y compris des armes, des minutions et des drogues, dans le souci d’aggraver la situation sécuritaire déjà incontrôlable par les autorités haïtiennes.

 

Mise à part cette situation de dysfonctionnement de la douane de Belladère au niveau de la frontière, où la question de surveillance et de contrôle, a observé le journaliste, est totalement différente côté dominicain en termes de sérieux, cette infrastructure fonctionne dans un environnement déplorable, à cause des montagnes de boue et de fatras en décomposition qui servent de décor malsain et honteux à ce bureau de l’État haïtien.

 

Voilà en peu de mots la description de la situation alarmante dans laquelle évolue la douane de Belladère qui, d’après un magistrat et homme d’affaires intervenant au journal de « Première occasion » de radio Caraïbe, ce jeudi 9 mai 2024, n’est pas différente des autres points douaniers du pays, en termes de perception de taxes exagérées et à dessein ce, a-t-il ajouté, pour certains commerçants et importateurs du pays.

 

En effet, en plus du problème de l’insécurité établie par des hommes armés qui paraît très urgent à résoudre, ce sont entre autres, tous ces problèmes que les membres du Conseil présidentiel de transition (CPT), qui s’amusent plutôt sans aucune honte à couteaux-tirés pour un poste de président dudit conseil depuis son installation, doit adresser pour donner le ton à une gouvernance plus ou moins acceptable par une population silencieuse qui se montre jusqu’ici en situation d’observation.    

 

Alix Laroche/HPN  

 

 

42 vues0 commentaire

Comments


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page