top of page

Haïti-Manif: Nouvelle journée de tension contre la crise du carburant, la vie chère et l'insecurite

Au moins 4 blessés par balles à Jérémie (Grand’Anse), 2 blessés par balles aux Cayes (Sud) et au moins 1 blessé par balles au niveau de Delmas (Ouest), ont été signalés, ce mercredi 7 septembre 2022, dans le cadre d’une nouvelle journée de mouvements populaires contre la crise du carburant, la vie chère et l’insécurité.



À Jérémie tout comme aux Cayes, on signale des scènes de pillage dans divers espaces. Des magasins et un Centre d’opération d’urgence national (COUN), ont été pillés par des manifestants en colère, ont rapporté des confrères qui dressent un bilan partiel de la situation.


Outre des villes de province en effervescence, notamment Grand’Anse, Sud, Ouest, Centre et Nord, les rues de la région métropolitaine de Port-au-Prince ont connu une journée de tension. Certains coins ont été à feu de barricades de pneus enflammés.

À Pétion-Ville particulièrement, constate HPN, malgré une forte présence policière, la tension a monté d’un cran aux environs de 11 heures du matin. La police, un peu dépassée par les événements, a dû faire usage de beaucoup de détonations et de tirs de gaz lacrymogène pour disperser les protestataires. Des institutions et des entreprises commerciales ont essuyé des jets de pierre des manifestants visiblement en colère.


Des gens et des véhicules qui se trouvaient un peu dans les rues, se sont précipités dans le plus grand désordre pour essayer de rentrer au bercail ou de se mettre à l’abri dans des endroits moins surchauffés. Plusieurs entreprises commerciales qui avaient plus tôt ouvert leurs portes, ont été obligées de descendre leurs rideaux de fer. Des débrouillards également ont dû, à corps défendant, rebrousser chemin sans faire grandes affaires dans les rues désertes.


Les activités commerciales et le transport en commun ont été paralysés dans de nombreux circuits de la capitale à l’occasion de cette nouvelle journée de mobilisation et de protestation contre la mauvaise gouvernance des autorités en place.


Tout en exigeant le départ du Premier ministre Ariel Henry et de son gouvernement qui, juge-t-on, ne gèrent rien dans le pays, les manifestants déclarent la permanence dans leur mouvement.


En dépit de cette situation exceptionnelle, le chef du gouvernement, Dr Ariel Henry, accompagné du ministre de l’Économie et des Finances, devrait se rendre en Floride (USA), a informé à HPN un membre du Bureau de communication de la Primature.


Alix Laroche/HPN

Photo : Archives

8 vues0 commentaire
ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page