top of page

Haïti : Les États-Unis optent pour une mission de maintien de paix en Haïti dirigée par l'ONU




Après l'échec de la pression pour une intervention militaire en Haïti par le Canada, les Etats-Unis semblent désormais opter pour le déploiement d’une Mission de maintien de la paix des Nations Unies en Haïti, rapporte le journal Miami Herald.


Washington aurait choisi de modifier sa stratégie vu que sa proposition de déployer une force multinationale en Haïti n'a pas trouvé l'aval du Canada.


Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a récemment appelé les Forces armées d'Haïti à s'impliquer dans la lutte contre les gangs violents. La force, qui a été dissoute au milieu des années 1990, sous la pression des États-Unis en raison d'atteintes aux droits de l'homme et de coups d'État, n'est pas reconnue par Washington. Les États-Unis avaient espéré éviter d'envoyer une autre mission de maintien la paix en Haïti, qui en a accueilli huit au cours des 30 dernières années. Mais son plan initial de rallier une coalition internationale de forces dirigée par un pays tiers non identifié pour intervenir à la demande du gouvernement haïtien a échoué depuis qu'il a été proposé pour la première fois à l'automne, obligeant l'administration à changer de cap alors que l'environnement sécuritaire d'Haïti se détériore jour après jour.


La Maison Blanche avait espéré que le Canada dirigerait une telle force. Mais une poussée avant la visite du président Joe Biden à Ottawa cette semaine a clairement montré qu'il était peu probable que les Canadiens assument un rôle de leadership, le premier ministre Justin Trudeau mettant publiquement en doute la capacité du Canada à assumer cette mission. Les États-Unis ont d'abord proposé d'envoyer une « force d'action rapide » multilatérale en Haïti dans une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU en novembre. L'administration Biden ne s'est jamais portée volontaire pour diriger la force elle-même. Les hauts responsables de l'administration ont reconnu que le sujet d'Haïti faisait partie des discussions les plus complexes et compliquées qu'avaient lieu entre Biden et Trudeau.


Rappelons que le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, avait soutenu l'appel, citant une "détérioration dramatique de la sécurité en Haïti" qui a "paralysé le pays", proposant des options pour une force multilatérale qui aurait eu l'autorisation du Conseil de sécurité d'intervenir en Haïti à court, moyen et à long terme. Selon la proposition de Guterres, l'intervention de la force aurait été un accord direct entre le gouvernement haïtien et d'autres pays ayant la capacité de passer à l'offensive contre les gangs. En revanche, une mission de maintien la paix tirerait parti d'une liste de l'ONU de pays contributeurs de troupes sous la supervision directe de l'ONU. Pourtant, les deux nécessitent généralement l'autorisation du chapitre 7 du Conseil de sécurité.


HPN



55 vues0 commentaire

Comentarios


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page