top of page

Haïti :L'OEA sollicite une aide humanitaire et électorale en faveur d'Haïti


L' Organisation des États américains (OEA) a sollicité une assistance humanitaire et électorale en faveur d'Haïti, après avoir reçu et examiné le rapport du Groupe de travail pour le pays, créé en février dernier, afin de soutenir un éventuel processus électoral dans la région.


Le Conseil permanent de l'OEA a apprécié les résultats des travaux du groupe, composé de quatorze (14) États membres, qui a tenu un dialogue avec l'Exécutif haïtien et présenté « un aperçu détaillé de la sécurité et de l'aide humanitaire » en Haïti.


Le rapport soutient que les États membres de l'OEA et les États observateurs permanents devraient être encouragés à intégrer, innover, compléter et coordonner leurs efforts avec d'autres acteurs pour fournir une assistance et un soutien opportun au peuple haïtien.


L'Ambassadeur de Trinité-et-Tobago auprès de l'OEA et chef du Groupe de travail pour Haïti, Anthony Phillips-Spencer, a souligné que l'objectif principal du rapport est de fournir des informations aux États sur les domaines qui ont besoin d'assistance et d'un soutien immédiat, comme sécurité et démocratie.


Phillips-Spencer a souligné la nécessité d'envoyer une assistance humanitaire et électorale afin d'organiser des élections "libres et équitables".


Le rapport souligne qu'une grande partie de l'aide humanitaire envoyée jusqu'à présent par la communauté internationale est destinée à atténuer l'insécurité, c'est pourquoi les ressources n'atteignent pas beaucoup d'autres régions. Haïti traverse une grave crise dans pratiquement tous les domaines. Des gangs lourdement armés contrôlent une grande partie du territoire de la capitale haïtienne, commettant toutes sortes de crimes, auxquels s'ajoute la réapparition du choléra.


La crise a provoqué une augmentation de la migration haïtienne, notamment par des voies maritimes dangereuses vers les pays voisins des Caraïbes et vers les États-Unis.


Le Premier ministre haïtien, Ariel Henry, avait lui-même demandé en octobre dernier une aide militaire internationale pour combattre les gangs.


Les États-Unis et le Canada ont imposé des sanctions aux dirigeants politiques haïtiens ces derniers mois, pour trafic de drogue, blanchiment d'argent et financement des gangs armés. Selon l'OEA, des entités telles que l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et l'Institut interaméricain de coopération pour l'agriculture (IICA) ont déjà convenu de collaborer avec le Groupe de travail dans les mois à venir.


Les États-Unis offrent un soutien solide au pays. L'ambassadeur des États-Unis auprès de l'OEA, Frank Mora, a déclaré que « le besoin de cette aide est urgent » et a offert son engagement « ferme » à poursuivre le dialogue sur l'aide à Haïti. Les groupes armés continuent de se multiplier, augmentant drastiquement le nombre de victimes en raison de l'indifférence totale de l'État, qui ne fait rien de concret pour enrayer la crise socio-politique et économique qui ne fait que s'aggraver.

YPL-HPN


14 vues0 commentaire

Comentarios


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page