top of page

Haïti-crise: L'ONU s'inquiète pour Haïti et convoque une réunion spéciale ce vendredi


Le Conseil économique et social des Nations-Unies (ECOSOC) convoque une réunion spéciale ce vendredi 16 juin 2023, en vue de donner une réponse internationale à la crise alimentaire en Haïti. "Nous faisons cette convocation afin d'attirer à nouveau l'attention et d'essayer de convaincre les pays de comprendre la manière dont ces problèmes sont liés", a déclaré Bob Rae, Ambassadeur du Canada à l'ONU et président du groupe consultatif ad hoc du conseil sur Haïti. Selon le diplomate canadien, la crise alimentaire en Haïti est affectée par le changement climatique, les conditions météorologiques du pays et la guerre contre l'Ukraine qui a fait grimper le prix de produits comme le blé. Elle est aggravée aussi par la violence et l'instabilité politique actuelle, a fait remarquer Bob Rae. En avril 2022, l'ONU avait lancé un plan de réponse humanitaire sans précédent de 719 millions de dollars pour Haïti. C'est presque le double de ce que l'agence mondiale avait demandé, et c'est le montant le plus élevé depuis que la capitale du pays et les villes voisines ont été décimées en 2010 par un tremblement de terre de magnitude 7,0.



Malgré les besoins aigus, seuls 20% du plan ont été financés, a indiqué l'ONU, notant que les récentes inondations dans 8 des 10 départements du pays, suivies quelques jours plus tard par un autre tremblement de terre meurtrier dans la région de la Grand'Anse, ont exacerbé les besoins humanitaires. Les inondations à elles seules, ont fait au moins 58 morts et 143 autres blessés, tandis que plus de 37,000 maisons ont été détruites, endommagées ou inondées, selon le dernier rapport de l'agence haïtienne d'intervention en cas de catastrophe, la Direction de la protection civile.

"Il y a une situation humanitaire urgente", a déclaré Rae. Il a déclaré que le groupe consultatif de l'ONU sur Haïti essaie d'aller au-delà de la réponse humanitaire immédiate. "Ce que nous essayons vraiment d'introduire dans la conversation, c'est la nécessité pour Haïti de pouvoir devenir plus autosuffisant en matière de production alimentaire", a déclaré Bob Rae.


« C'est un problème de développement; examiner les moyens de construire la chaîne alimentaire agricole ; comment nous pouvons créer une capacité non seulement de cultiver des aliments, mais aussi de transformer et de créer une industrie alimentaire en Haïti. L'aggravation de la faim et la dépendance des importations alimentaires ne sont pas propres à Haïti. La question a été soulevée lors de la réunion de la semaine dernière entre la vice-présidente Kamala Harris et les membres de la communauté caribéenne de 15 membres aux Bahamas.



En Haïti, cependant, le manque de nourriture est aigu et contribue à l'aggravation de la crise humanitaire dans le pays. Selon les dernières statistiques du ministère des Finances d'Haïti, le coût du riz a augmenté en moyenne de 59 %, de la viande de 6,5 %, du lait de 53 % et de l'huile de cuisson de 77 % entre mars 2022 et mars de cette année. Pendant ce temps, les coûts de transport ont également plus que doublé au cours de la même période. Les problèmes de sécurité en Haïti sont également une partie importante de la discussion. La réunion de haut niveau comprendra des allocutions du chef du Conseil économique et social, les premiers ministres de la Jamaïque et de Saint-Vincent-et-les Grenadines, le ministre de la planification d'Haïti, Ricard Pierre, la directrice exécutive du Programme alimentaire mondial, Cindy McCain, la directrice exécutive de l'UNICEF, Catherine Russell et l'Ambassadeur Bob Rae . Elle sera suivie d'une table ronde impliquant des représentants de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de la responsable humanitaire de l'ONU en Haïti, Ulrika Richardson, entre autres.

La réunion fait suite à deux autres rassemblements - une réunion des ministres des Affaires étrangères jeudi organisée par la ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly et trois jours de dialogue politique inter-haïtien en Jamaïque qui se sont conclus mardi. Russell, le chef de l'UNICEF, se rendra en Haïti pour voir les effets de la crise de première main dans l'espoir de galvaniser le soutien international. "Le tableau est sombre", a déclaré jeudi Jean Victor Geneus, ministre des Affaires étrangères d'Haïti, alors qu'il assistait à la réunion des ministres. « Le peuple haïtien exige des solutions concrètes. Un retour à la sécurité et à la stabilité est nécessaire pour faire face à la crise socio-économique et faire face à l'extrême pauvreté. Nous devons trouver des solutions rapides pour les personnes qui vivent dans des conditions inhumaines. La situation dans le pays est catastrophique. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a prononcé ce jeudi, un discours enregistré sur bande vidéo devant les ministres. "Une faim record, une épidémie mortelle de choléra, d'immenses souffrances humaines aggravées par les récentes inondations et tremblements de terre", a-t-il déclaré.



Plus de 165 000 Haïtiens chassés de chez eux par l'activité rampante des gangs et des millions d'autres vies bouleversées par la violence. "Le peuple haïtien a besoin de tout notre soutien", a déclaré Blinken, "Ils en ont besoin maintenant." Ce soutien, a-t-il dit, doit commencer par la sécurisation d'Haïti. Blinken a détaillé l'aide récente des États-Unis à la police nationale haïtienne et a déclaré que les États-Unis continueraient de soutenir le déploiement d'une force multinationale en Haïti, une demande que Rae a déclaré que le Canada discute toujours. Yves Paul LEANDRE

160 vues0 commentaire

Комментарии


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page