top of page

Haïti : Ariel Henry dépose une gerbe de fleurs pour marquer 217 ans de l’assassinat de Dessalines



Accompagné des membres du cabinet ministériel, du Haut état-major des FAd’H et de la PNH, le chef du gouvernement, Dr Ariel Henry a procédé, ce mardi 17 octobre 2023, au dépôt d’une gerbe de fleurs au pied du monument symbolique dressé au Musée du panthéon national haïtien (Mupanah), en mémoire de Jean-Jacques Dessalines, Père fondateur de la patrie. Cette activité a eu lieu, dans le cadre d’une modeste cérémonie, à l’occasion du 217e anniversaire de l’assassinat de l’Empereur qui demeure le premier des héros de l’Indépendance d’Haïti, a constaté Haiti Press Network.


 

À cette occasion, le Premier ministre Ariel Henry a déclaré que ce geste fort, empreint d’humilité et de grandeur d’âme, traduit la reconnaissance éternelle de tout un peuple à l’émancipateur Jean-Jacques Dessalines à qui, a-t-il soutenu, il doit sa fierté et sa dignité d’être les premiers nègres libres qui ont défié la forteresse inhumaine esclavagiste.


« Gloire et honneur au visionnaire, l’immortel Jean-Jacques Dessalines ! », a lancé Ariel Henry qui était vêtu de blanc, y compris les membres du gouvernement pour la circonstance.


Par ailleurs, cette offrande florale a été une occasion franche pour le neurochirurgien d’annoncer que le gouvernement a fait procéder, au cours du mois de septembre écoulé, au bornage du site du Bois Caïman, reconnu d’utilité publique par arrêté en date du 20 août 1998. D’après le PM Ariel Henry, Bois Caïman est un patrimoine national et universel, consécration de la lutte séculaire de tous les esclaves marrons.


« Ce bornage ouvre la voie à divers projets, dont la construction du Musée de l’esclave en Haïti », a-t-il conclu.

Il faut noter que, cette année encore, il n’y a pas eu de cérémonie officielle au Pont-Rouge, lieu où le premier chef de l’État haïtien fut assassiné. La raison est connue de tous. C’est que, des dirigeants acceptent volontairement et de façon pitoyable, qu’il existe définitivement des zones du pays, contrôlées par des bandits armés, considérées malheureusement par les autorités comme des territoires perdus.


Alix Laroche/HPN




22 vues0 commentaire

ความคิดเห็น


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page