top of page

Haïti-Affaire Claude Joseph : Edwin Paraison plaide en faveur de bons rapports entre les deux pays


L’ancien ambassadeur d’Haïti en République Dominicaine et ex-ministre des haïtiens vivant à l’étranger, Edwin Paraison appelle à la tenue d’un sommet bilatéral pour reconstruire de meilleurs rapports entre Haïti et la République Dominicaine.


Le président de la Fondation « Zile » réagissait à la décision du président dominicain d’interdire à l’ancien premier ministre haïtien Claude Joseph et à 12 chefs de gangs, l’entrée sur le territoire dominicain.


Pour lui, il est important que les dirigeants haïtiens et dominicains évitent toute situation qui pourrait renforcer les différends entre les deux pays qui se partagent l'île.


Toutefois, il fait remarquer que si les dirigeants haïtiens se mettaient à interdire l’entrée dans le pays les dominicains pour leurs prises de position contre Haïti, la liste serait bien grande.


Le président Abinader a informé mercredi soir le directeur général des migrations, Venancio Alcántara Valdez, que l’ancien premier ministre haïtien, le docteur Claude Joseph, ainsi qu’une douzaine de chefs de gangs, ne sont pas autorisés à entrer dans son pays.


Il s’agit, entre autres de Jimmy Chérizier, alias Barbecue, Ti Lapli, Vitelom, Lanmò San jou, Chen Mechan, Alexandre Ezechiel, alias Ze, Chery Christ-Roi, connu sous le nom de Chris-La; Felix Monel alias Mikano, Jean Pierre Gabriel alias Ti Gabriel et Orlichen Emile alias Pe Lebren.


En réaction, Claude Joseph dit prendre comme un honneur le fait d’être considéré comme l’ennemi numéro un du racisme dominicain.


Il réaffirme sa volonté de continuer à défendre Haïti et les haïtiens, de combattre l’anti-haïtianisme primaire à l’encontre de ses compatriotes et de s’opposer au projet des dirigeants dominicains de faire d’Haïti le dépotoir de la République Dominicaine.


DO/HPN


5 vues0 commentaire

Comments


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page