top of page

Crise en Haïti: Les États-Unis pressent les acteurs haïtiens à trouver un consensus politique

Une autre étape est en train d'être franchie, le discours change de ton. Le Secrétaire d'État américain, Antony J. Blinken, après avoir félicité le gouvernement du Kenya d'avoir répondu à l'appel d'Haïti et d'avoir décidé de prendre le leadership d'une force multinationale en Haïti, a publié un communiqué en date du 1er août, invitant les instances haïtiennes concernées à adopter rapidement des mesures en vue d'élargir le consensus politique et de rétablir l'ordre démocratique, conformément à la Charte démocratique interaméricaine.


L'officiel américain précise que les États-Unis sont impatients de travailler avec les partenaires d'Haïti pour faire avancer ce processus avec succès, notamment par le biais d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies autorisant une force multinationale en Haïti. Cette force contribuera à lutter contre l'insécurité causée par la violence des gangs. Selon le Secrétaire d'État Blinken, le soutien de la Maison Blanche au peuple haïtien reste inébranlable, et il réaffirme sa gratitude à la Communauté des Caraïbes (CARICOM), au Groupe d'Éminentes Personnalités (EPG), et à l'Organisation des États américains (OEA), par l'intermédiaire de son Groupe de Travail sur Haïti présidé par Trinidad and Tobago, pour leur soutien vital à ces efforts.


Déjà, les États-Unis prennent l'engagement ce lundi de dégager des ressources en soutien à une force de police multinationale dirigée par le Kenya en Haïti. M. Miller, porte-parole au département d'État, précise que les États-Unis vont déposer une résolution au Conseil de Sécurité visant à autoriser cette force le plus rapidement possible. Par ailleurs, l'Ambassadeur du Canada en Haïti affirme que le gouvernement canadien est prêt à travailler avec le Kenya et tous les partenaires afin d'assurer le succès de cette mission et de tout déploiement sous mandat du Conseil de sécurité des Nations-Unies. Sébastien Carrière salue la proposition du Kenya de diriger une force multinationale en Haïti.


Entre-temps, l'appel de Blinken va-t-il pousser l'opposition politique à rétracter sa démarche pour la mise en place d'un Exécutif bicéphale ou monocéphale, et les partis qui soutiennent Ariel Henry à travers l'Accord du 21 décembre 2021, intitulé « Consensus National pour une Transition Inclusive et des Élections Transparentes » ?



Yves Paul LEANDRE

126 vues0 commentaire

Comments


ONA.jpg
brh_ad.jpg
votre_publicite.jpg
kredi-ener.jpg
hpn_full_logo.png
bottom of page